Physiologie de la douleur

   Pour commencer notre exposé, nous vous proposons une image représentant l’anatomie du cerveau qui vous permettra de repérer les structures et différentes régions du cerveau qui seront ensuite abordées.

crane.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   La douleur est avant tout un avertissement : elle nous indique que quelque chose ne va pas et pousse à réagir, c’est un signal permettant la survie. Par exemple, chez des sujets atteints d’analgésie congénitale (trouble génétique traduit par une absence totale de douleur), l’effet est désastreux. Le fait de ne jamais ressentir une quelconque douleur semble plutôt séduisant mais présente un risque : les menaces physiques ne sont pas toujours perçues et peuvent entraîner des blessures mortelles. Le décès de ces personnes est souvent prématuré. La douleur nous est tellement essentielle qu’elle peut solliciter la quasi-totalité de notre cerveau. 

 irm.jpg

   Des clichés IRM montrant le cerveau d’une personne en bonne santé, sous différentes coupes. La personne est soumise à un stimulus douloureux au bras, son activité neuronale augmente en réponse. On remarque l’étendue des effets de la douleur dans le cerveau (les régions en jaune). 


   Tous les organes de notre corps sont dotés de récepteurs sensitifs qui transmettent leurs informations au cerveau par l’intermédiaire de nerfs et de la moelle épinière. Les récepteurs sensitifs qui nous intéressent particulièrement sont appelés nocicepteurs. Mais pour que la douleur soit ressentie, elle doit être consciente. C’est-à-dire que le cerveau soit informé de la souffrance d’un organe ou autre partie du corps. Cela nécessite l’activation de plusieurs régions cérébrales impliquées dans l’émotion, l’attention et l’interprétation du sens. Les signaux de la douleur sont transmis à diverses aires du cortex où ils activent les neurones contrôlant l’état de l’organisme : 

  • Le cortex somatosensoriel : 

Il va informer le cerveau de la partie du corps d’où vient la blessure (la douleur).

  • Le cortex insulaire : 

Il a la même fonction que le cortex somatosensoriel. De plus, il divise les lobes temporal et frontal pour encore mieux localiser la blessure. 

  • Le cortex cingulaire antérieur (frontal ; C.C.A.) : 

Il est situé dans la fissure séparant les deux hémisphères. Il est impliqué dans la signification émotionnelle de la douleur (l’expression) et dans la détermination du degré d’attention que nécessite une blessure (l’intensité). 

cortex-1.jpg

 

    De même, il existe d’autres circuits que vont emprunter les signaux de la douleur mais cette fois-ci pour combattre les effets des stimuli douloureux. 

cortex.jpg

    Le corps humain subit au quotidien diverses agressions qui font réagir des récepteurs spécifiques. Les uns sont sensibles au froid, à la chaleur, à l’acidité, ou à la pression, d’autres informent d’une atteinte à l’intégrité d’un organe (c’est le cas pour une coupure ou une blessure quelconque). Nous allons à présent nous concentrer sur les voies de la douleur, de l’emplacement de la blessure jusqu’au cerveau (où celle-ci deviendra consciente) en passant par les synapses et la moelle épinière : 

 

  1.  La première étape est en toute logique au niveau de la blessure. En effet, celle-ci induit une libération de substances chimiques comme la bradykinine (polypeptide influant sur la tension artérielle) qui déclenche les influx nerveux. Il existe deux types de fibres nerveuses détectant la douleur. Les fibres A-delta sont très fines et recouvertes de myéline qui favorise la transmission des signaux, qui sont ainsi précis et localisés. Elles sont situées à moins de 1mm de la blessure et peuvent l’identifier plus aisément. La fibre C, elle, n’est pas myélinisée. De plus, ses terminaisons nerveuses se déploient sur une surface assez étendue. La douleur qu’elle transmet est donc plus difficile à localiser.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                       
  2.  Les signaux de douleur sont acheminés jusqu’à la colonne vertébrale via les fibres sensitives des nerfs rachidiens. On compte 31 paires de nerfs rachidiens. Ils se divisent et se sous-divisent pour former un réseau qui relie la moelle épinière à l’ensemble de l’organisme. Ils sont répartis de la manière suivante :                                                                                                                                                                                                                                 nerfs.jpg                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                  La plupart de ces fibres entrent dans la corne postérieure, faisceau nerveux situé à l’arrière de la moelle épinière. C’est ici qu’elles vont se croiser : celles qui proviennent de la moitié droite du corps remontent sur le flanc gauche de la moelle épinière jusqu’à l’hémisphère gauche du cerveau et réciproquement.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                      moelle-epiniere.jpg                                                                                                                                                                                                                               
  3. Le bulbe rachidien est chargé de réguler les fonctions vitales du corps : rythme cardiaque ou respiration par exemple. C’est une partie du tronc cérébral. Ainsi, quand les signaux le traversent, ils déclenchent une activité dans le système nerveux, ce qui entraîne une augmentation de la tension artérielle, des rythmes cardiaque et respiratoire et des sueurs. L’influx nerveux sensitif parvient finalement à la zone la plus superficielle du cortex, l’influx se divise pour être correctement analysé. Juste avant d’y arriver, il traverse des zones cérébrales profondes dont le mésencéphale et le thalamus qui forment des groupes de neurones (cellules nerveuses) reliés les uns aux autres par des synapses (ou contacts). À la surface d’un neurone, on peut enregistrer un message nerveux à l’aide d’électrodes recueillant les tensions électriques. Celui-ci est composé de signaux bioélectriques, caractérisés par des variations de l’état électrique de la membrane du neurone. Les signaux se propagent et leur fréquence constitue le codage du message nerveux. La fréquence de ces signaux traduit l’intensité de la stimulation initiale, c’est-à-dire de la douleur ressentie.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                
  4.  Enfin, la quatrième étape, le moment où se produisent les mécanismes chimiques de l’analgésie. Une fois la douleur arrivée au cerveau et bien enregistrée par celui-ci, les fibres nerveuses descendent des régions cérébrales et interceptent les signaux de la douleur ascendants et les modifient ; l’organisme dispose d’un système opioïde naturel (analgésique). Dans les moments de stress ou de douleur, le thalamus et l’hypophyse produisent des opioïdes naturels, comme les endorphines et les enképhalines. Les terminaisons nerveuses, situées dans le cerveau et à travers tout le corps, sont dotées de récepteurs spéciaux qui les fixent. Ces substances « enrobent » alors les signaux sensitifs qu’elles transportent, empêchent le bon fonctionnement des synapses et annihilent la sensation de douleur.

 

   Revenons sur le fonctionnement des synapses. Tout d’abord, qu’est ce qu’une synapse ? C’est la zone de jonction où se fait la transmission du message nerveux d’un neurone à un autre :

schema-synapse.jpg

Lorsque l’analgésie est mise en place, ce système est modifié : la quantité de neurotransmetteurs est moindre. La douleur est donc soulagée. 


squelette.jpg

 Ce schéma résume ces quatre étapes qui permettent de mieux comprendre le trajet de la douleur.

   La douleur que l’on ressent a un très long et complexe parcours avant d’être consciente et exprimée. Cependant, cela concerne seulement la douleur physique. Par conséquent, la deuxième sous-partie est orientée sur la douleur psychique.


La douleur  psychique → 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site